Cadre général

La première visite en Birmanie d’un Ministre des Affaires étrangères français (14-16 janvier 2012) avait permis de franchir une étape importante dans le dialogue politique entre la France et les autorités birmanes (cf. relations politiques). A cette occasion le ministre avait indiqué que la France allait travailler avec ses partenaires de l’Union européenne à une levée, étape par étape, des sanctions en fonction des progrès constatés. La politique française à l’égard de la Birmanie s’inscrivait en effet dans le cadre restrictif de la position commune définie par le Conseil de l’Union européenne en octobre 1996 et reconduite chaque année depuis lors.

Le 22 avril 2013, le Conseil européen a levé les sanctions contre la Birmanie (à l’exception de l’embargo sur les armes), ce qui a ouvert une ère nouvelle pour la coopération euro-birmane et franco-birmane.

Cette évolution a amené la France, qui conduisait déjà une diplomatie très active aux côtés de la population birmane et de sa société civile, notamment dans les domaines de la culture, de la santé, de l’éducation et de l’aide humanitaire, à initier de nouveaux développements qui se sont traduits dès janvier 2012 par le triplement des moyens consacrés à la Birmanie. L’Agence Française pour le Développement (AFD), qui dispose désormais d’un bureau au sein de l’ambassade à Rangoun, a été autorisée à intervenir en Birmanie au printemps 2012. En mars 2013 les deux ministres des affaires étrangères se sont entretenus à Paris et le Ministre délégué chargé du développement a effectué une visite officielle en Birmanie.

En juin 2012, la France faisait partie des cinq pays européens visités par Aung San Suu Kyi dans le cadre de son premier grand voyage à l’étranger depuis sa libération.

En juillet 2013, le président Thein Sein s’est rendu en visite officielle en France. Intervenant 65 ans après l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, cette visite historique –la première visite en France d’un Chef d’Etat birman- a permis des rencontres à haut niveau avec le Président de la République, François Hollande, et l’ancien Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault.

Deux semaines plus tard, la visite en Birmanie de Madame Nicole Bricq, alors Ministre du Commerce extérieur, a été l’occasion de signer un accord sur la dette birmane. Les échanges intergouvernementaux sont désormais récurrents et ce dans les deux sens. Plusieurs accords intergouvernementaux sont en préparation. Mis à part l’embargo sur les armes qui reste en vigueur, l’ensemble des domaines constitutifs de la relation bilatérale entre deux pays, fait désormais l’objet de projets ou de programmes de coopération.

publié le 30/07/2014

haut de la page