Cyclone : un risque récurrent en Birmanie

La Birmanie est potentiellement exposée à des risques cycloniques du mois de mai au mois d’octobre, période correspondant à la saison des pluies.

JPEG Les cyclones sont parmi les plus dévastateurs des phénomènes météorologiques. Ils représentent un risque majeur pour l’ensemble des zones intertropicales, et notamment pour la Birmanie. En raison de la " force " du phénomène, et en dépit des progrès effectués dans sa compréhension et dans les mesures de surveillance, les cyclones sont chaque année à l’origine de bilans humains et économiques très lourds à l’échelle mondiale.

I- Qu’est-ce qu’un cyclone

- Un cyclone se caractérise par des pluies diluviennes et des vents très violents, qui peuvent atteindre 350 km/h. Il constitue un système de vent en rotation de grande échelle dû à une chute importante de la pression atmosphérique. D’une durée de vie de quelques heures à une trentaine de jours, ils naissent au-dessus d’eaux chaudes tropicales. Ce système se déplace à une vitesse comprise entre 10 et 40 km/h.
- La structure générale d’un cyclone est caractérisée par une énorme masse nuageuse en spirale pouvant s’étendre sur un rayon de 500 km à 1 000 km. Autour de l’œil du cyclone se trouve un " mur de nuage ", zone la plus dangereuse du cyclone, pouvant s’étendre sur un rayon de 150 km.

JPEG

- L’œil du cyclone, dont le diamètre varie généralement de quelques kilomètres à 50 km, est une zone de calme relatif, caractérisée par un ciel peu nuageux et des vents faibles. Les pressions y sont très basses (jusqu’à 870 hPa).
- On distingue dans le monde sept zones géographiques affectées par des cyclones. L’une d’entre elles est l’océan Indien nord, zone incluant la Birmanie. Plusieurs cyclones majeurs ont affecté le pays depuis 2004 : dans la région de Sittwe (état d’Arakan) en 2004, le cyclone Mala en 2006 (22 morts), le cyclone Nargis le 2 mai 2008 (plus de 138000 morts et disparus), le cyclone Giri en octobre 2010 (près de 160 morts).

II- Comment se protéger

Avant

  • Il est également conseillé de s’inscrire sur le site suivant : www.tropicalstormrisk.com/ (rubrique « Free Email registration)
    qui vous permettra de recevoir des messages d’alerte en cas de risque cyclonique.

Protéger son habitat et ses biens

  • Renforcer les structures de son habitation (haubans, toitures...) ;
  • Fermer les ouvertures avec des panneaux de bois cloués, attacher et renforcer les volets mais ne pas obstruer les grilles de ventilation de son logement (comportement à risque pouvant favoriser les intoxications au monoxyde de carbone) ;
  • Poser des bandes de papier collant sur fenêtres ;
  • Démonter les grandes baies vitrées ;
  • Enlever, à l’extérieur comme à l’intérieur du bâtiment, tout ce qui peut devenir un projectile ;
  • Couper les réseaux (gaz, électricité, eau, etc.) pour, notamment, éviter les incendies ;
  • Amarrer les canots le plus loin possible du rivage ;
  • Rentrer les animaux de ferme et domestiques dans des locaux ;
  • Repérer les lieux les plus solides du bâtiment.

Préparer son attente

A défaut d’abris sécurisés prévus par les autorités, il est vivement conseillé de rester chez soi pendant le cyclone. Il convient donc de s’y préparer :

  • Repérer les endroits les plus résistants du local où vous vous abriterez (pièce centrale, wc, placard, cage d’escalier...) ;
  • Signaler à ses proches (familles, amis, voisins) et à son chef d’îlot les coordonnées de son lieu d’abri au cas où celui-ci ne serait pas votre domicile ;
  • Confirmer à ses proches (amis, voisins) et à et à son chef d’îlot les coordonnées de sa famille ;
  • Préparer l‘équipement nécessaire : eau, nourriture de secours du type boites de conserves, barres énergétiques, fruits secs ; outils de base (couteau de poche multifonction, ouvre-boîte…) ; lampe de poche avec jeux de piles de rechange ; médicaments ; papiers d’identité y compris passeport ; téléphone portable ; argent liquide ; etc. Prévoir également vêtements et chaussures de rechange, papier hygiénique, sacs de couchage si nécessaire. Protéger dans un sac plastique les objets de valeur er les papiers importants.
  • Vérifier que le réservoir de carburant de son véhicule soit à moitié plein.

Préparer le retour à la normale les futures réparations

  • Stocker à un endroit abrité (cave, dessous d’escalier) les outils nécessaires ;
  • Constituer des réserves de serpillières et de seaux ;
  • Placer ses réserves (aliments, vêtements, médicaments, boissons) dans des sacs étanches

Dès ces mesures prises, abritez vous.

Pendant

  • S’informer : écouter et suivre les consignes données par la radio et les autorités ;
  • S’installer dans les endroits les plus résistants du local et s’y tenir (pièce centrale, wc, placard, cage d’escalier...) ;
  • S’éloigner des baies vitrées ;
  • Surveiller la résistance de l’abri ;
  • Surveiller le risque d’inondation ;
  • Se méfier du « calme » de l’œil du cyclone car il y aura inversion et un nouveau renforcement des vents après le passage de l’œil ;
  • Ne sortir sous aucun prétexte et attendre la fin de l’alerte ;
  • Éviter de téléphoner pour laisser les secours disposer au mieux des réseaux.
  • Afin de prévenir les intoxications au monoxyde de carbone et en cas d’utilisation de groupes électrogènes, veiller à respecter les consignes d’utilisation et à les placer à l’extérieur du bâtiment.
  • Redoubler de vigilance la nuit.

Attendre impérativement la fin d’alerte pour sortir.

Après

Éviter les dangers qui suivent tout passage de cyclone.

  • Évaluer attentivement les dangers et s’en protéger : s’éloigner des points bas, ne pas toucher aux fils électriques ou téléphoniques à terre, faire attention aux objets en hauteur « prêts à tomber » (tôles, planches, arbres...) ;
  • Réparer et conforter son habitation ;
  • Afin de prévenir les intoxications au monoxyde de carbone et en cas d’utilisation de groupes électrogènes, veiller à respecter les consignes d’utilisation et à les placer à l’extérieur du bâtiment.
  • Vérifier l’état des aliments congelés/réfrigérés et les jeter en cas de doute ;
  • Faire couler l’eau afin de nettoyer le réseau ;
  • Limiter ses déplacements au strict nécessaire ;
  • Conduire avec prudence.

Participer aux secours

  • Faciliter l’arrivée des organismes de secours ;
  • Aider au dégagement des voies de communication ;
  • Mettre les animaux morts dans des sacs en plastique, les éloigner de son domicile.

publié le 25/03/2014

haut de la page