DECLARATION DE LA FRANCE A PROPOS DU REJET PAR LA COUR SUPREME DE L’APPEL DE LA LND

La Cour suprême de Birmanie a rejeté vendredi 28 janvier l’appel formé par la Ligue nationale pour la démocratie contre la décision de dissolution dont elle avait été l’objet en mai 2010. Nous déplorons que Mme Aung San Suu Kyi et son mouvement continuent d’être exclus du processus politique.

Au moment où s’installe en Birmanie un nouveau Parlement issu d’élections qui n’ont pas répondu aux principes démocratiques, nous lançons un appel au futur gouvernement afin qu’il démontre sa volonté de mettre en œuvre de véritables réformes démocratiques. De telles réformes supposent que s’engage enfin un dialogue avec Mme Aung San Suu Kyi et toutes les composantes de l’opposition, ainsi qu’avec les minorités ethniques, dans le but de permettre à la Birmanie de prendre le chemin d’une véritable réconciliation nationale.

Nous réitérons notre appel, dans cette perspective, à la libération de l’ensemble des détenus politiques.

Burma

On Friday, January 28, Burma’s Supreme Court rejected the appeal made by the National League for Democracy against the decision to dissolve the party in May 2010. We condemn the fact that Aung San Suu Kyi and her movement continue to be excluded from the political process.

As a new Parliament is being convened following elections that were not held according to democratic principles, we launch an appeal to the future government to demonstrate its willingness to implement genuine democratic reforms. Such reforms require that a dialogue be finally initiated with Mrs. Aung San Suu Kyi and all opposition groups, as well as with the ethnic minorities, in order to allow Burma to embark on the path of genuine national reconciliation.

With this in mind, we renew our appeal for the release of all political detainees.

publié le 03/03/2011

haut de la page