Déplacement de M. Alain Juppé en Birmanie (14-16 janvier)

(Extrait du point de presse du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères et européennes, 12/01/2012)

M. Alain Juppé, ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et européennes se rendra en Birmanie du 14 au 16 janvier. Cette visite historique – la première d’un ministre des Affaires étrangères français en Birmanie, et la première visite ministérielle française depuis 1988 – est rendue possible par le processus de réformes politiques engagé depuis quelques mois. Le ministre d’État entend encourager le président Thein Sein et les autorités birmanes à poursuivre et à amplifier ce mouvement, en prenant des mesures concrètes en faveur de la réconciliation nationale, des droits de l’Homme et des minorités et de la démocratisation.

À Rangoun, le 15 janvier, le ministre d’Etat s’entretiendra avec Mme Aung San Suu Kyi, figure emblématique de la lutte pour la démocratie en Birmanie et prix Nobel de la paix, des représentants de partis de l’opposition parlementaire et de partis représentant les communautés ethniques, ainsi qu’avec des représentants de la société civile. Il rencontrera également la communauté française présente en Birmanie.

Le 16 janvier, à Nay Pyi Daw, le ministre d’État s’entretiendra avec le Président birman, M. Thein Sein, avec son homologue, M. Wunna Maung Lwin, ainsi qu’avec les présidents des deux chambres du Parlement.

Tout en saluant les réformes mises en œuvre depuis plusieurs mois, le ministre d’Etat soulignera l’importance que la France attache à ce que :

- les prisonniers politiques encore en détention soient libérés sans délai et sans conditions ;
- les prochaines élections législatives partielles, prévues le 1er avril 2012, se tiennent dans des conditions conformes aux pratiques démocratiques ;
- des accords puissent être signés avec les groupes ethniques qui garantissent l’unité de la Birmanie et le respect des droits des minorités, afin que les organisations humanitaires puissent accéder aux populations et que puisse s’engager un dialogue politique entre le gouvernement et les groupes concernés.

publié le 12/01/2012

haut de la page