Faites de la musique comme Nobody en Birmanie

JPEG

Vincent Dupas est un mauvais voyageur. S’il ne voyageait pas avec le vecteur musique, il ne saurait pas comment s’y prendre. Il s’aiderait certainement d’un guide et arpenterait les mêmes sentiers battus qu’un voyageur lambda.
Oui, sans la musique, Vincent Dupas serait un voyageur lambda.
C’est pour « faire du son » qu’il a débarqué en Birmanie, suivant la même logique que ses précédentes expériences aux Etats-Unis et en Espagne. Il l’avoue volontiers, il ne se serait pas nécessairement tourné vers l’Asie du Sud-Est s’il n’y avait pas eu à la clé un projet musical hors du commun.

Vincent Dupas, c’est le guitariste, le chanteur et l’âme de My Name is Nobody. Depuis 2005, à travers la France, l’Europe et les Etats-Unis, il a développé des affinités musicales modelant un parcours artistique atypique avec des musiciens de tous horizons. My Name is Nobody compose des mélodies subtiles, vaporeuses et ferventes, nous faisant voyager aux origines de la folk, de l’americana mélancolique à la country joyeuse. Des paysages imaginaires se dessinent au gré des collaborations artistiques et des nouveaux albums. Groupe nantais "indé" par excellence, My Name is Nobody a notamment collaboré avec les "folkeux" américains Dark Dark Dark et Pillars & Tongues, partagé l’affiche avec Explosions In The Sky, Jay Mascis of Dinosaur Jr. ou Jay Jay Johanson et écumé les scènes des Nuits botaniques de Bruxelles, de la Route du Rock et des Trans Musicales.

Nobody aime avant tout l’harmonie, caresser la sensibilité de ses auditeurs. Ses chansons parlent pourtant de « combats ordinaires », ceux qui partent du quotidien, d’une anecdote, mais dans lesquels tout un chacun se retrouve. Tout comme son instrument, l’inspiration se cultive. C’est un travail intense qui se nourrit d’écoute, de lectures, de rencontres… de voyages.

La tournée de My Name Is Nobody en Asie du Sud-Est, à l’initiative de l’Institut français de Birmanie (IFB), propose une rencontre musicale originale avec deux jeunes musiciens birmans exceptionnels, Pau Khan Thang et Eto, issus du jazz et du rock. Et à la clé, un concert live sur FM Bagan, sous le regard bienveillant du célèbre leader d’Emperor, Zaw Win Htut, et un enregistrement. Pour cela, il faut répéter. Chaque morceau doit être joué huit, neuf, dix fois pour que les musiciens s’en imprègnent, se l’approprient, sous la direction artistique de Nobody. Il faudra les rejouer encore avant qu’ils sonnent. Comme un morceau écrit par Nobody, mais au-delà.

S’il a l’habitude des collaborations artistiques qui étoffent son travail, Vincent développe également des projets éducatifs. Pendant 4 ans, il a collaboré avec d’autres musiciens nantais sur le spectacle pédagogique « Peace and Lobe » sur la gestion sonore des musiques amplifiées. Plus récemment, il a rejoint « les Volleyeurs », une équipe de musiciens nantais qui proposent des rencontres musicales afin de sensibiliser les jeunes aux musiques actuelles. En offrant des reprises de morceaux « grand public » revisités à la manière d’artistes reggae, metal, ou rock, ils créent des passerelles entre la musique « grand public » et les musiques indépendantes, décomplexent les jeunes dans leur rapport à la pratique musicale, et leur permettent de développer leur sens critique et leur propre sensibilité. Alors quand les jeunes lui demandent s’il est célèbre, Vincent prend plaisir à désacraliser le rôle de l’artiste. N’est-il pas la preuve vivante qu’on peut être un musicien de talent, sans nécessairement faire partie du « star system », répond celui qui se nomme Nobody.

Lors de son séjour à Rangoun, Vincent et François (batteur de Nobody des premiers albums), ont encadré une session d’improvisation avec une vingtaine de jeunes musiciens birmans sélectionnés dans le cadre du projet VOICE OF THE YOUTH organisé par l’association Turning Tables. Cette ONG, coordonnée par Darko, le leader du groupe de rock birman Side Effect, a parcouru la Birmanie à la rencontre de 150 jeunes d’ethnies et de religions diverses dans le cadre de séminaires sur « l’activisme de création ». Pendant deux semaines, la vingtaine de participants sélectionnés est invitée à Rangoun pour des ateliers, enregistrer un CD et réaliser des clips musicaux. Deux journées de festival les 13 et 14 juin à l’Institut français de Birmanie avec une programmation de 30 groupes, ainsi qu’une pré-ouverture du festival à Mandalay avec la scène rock et punk locale – concerts auxquels participeront My Name Is Nobody – donnent au projet VOICE OF THE YOUTH une ampleur inédite aux ramifications multiples.

Le projet de Nobody en Birmanie ne serait d’ailleurs pas abouti sans une dimension sociale avec deux concerts à Mandalay et à Rangoun dans deux « training schools », ces foyers ou établissements gouvernementaux pour enfants et adolescents. En partenariat avec Terre des Hommes Italie et Terre des Hommes Suisse, ce projet s’inscrit dans le cadre du travail que mène l’Ambassade de France en Birmanie sur l’enfance vulnérable, ainsi que l’ONG sur les systèmes de protection de l’enfance et la déficience d’appui familial. Un public de près de 600 enfants pour un concert inédit dans leur établissement.

Cela fait donc quatre jours que Vincent est en Birmanie et même s’il ne visitera peut-être pas la Shwedagon, ce qui se joue est particulièrement grandiose. Une approche du pays qui donne le sentiment d’une hyper intégration. Sans la musique, Vincent Dupas serait un voyageur lambda. Mais finalement, son aventure, il la crée à travers la rencontre artistique, grâce à la musique, qui permet de développer quelque chose d’extraordinaire, au sens propre. Vivre l’ailleurs de l’intérieur. Ne pas être spectateur. Le contexte de la musique crée de vrais liens affectifs car l’échange est avant tout émotionnel. On se met à découvert, on se livre. Avec la musique, nul besoin de parler la même langue. C’est peut-être là qu’il faut chercher le sens du titre de son dernier album, « Safe travel ». Avec la musique, nul besoin de courage pour voyager. Juste la prétention de se prendre pour personne, et beaucoup de cœur.

JPEG

VOICE OF THE YOUTH - festival de rock
En partenariat avec l’association Turning Tables et l’Ambassade du Danemark, l’Institut français de Birmanie célèbre cette année la Fête de la Musique avec le festival de rock VOICE OF THE YOUTH les 13 et 14 juin dans ses jardins exceptionnellement couverts avec près de 30 groupes invités. Des groupes de rock birmans confirmés comme Side Effect, G-Tone, Cyclone, Kultureshock ou Y.A.K. côtoient des groupes plus confidentiels comme The Rebel Riot ou Bliss et deux groupes internationaux : Dúné du Danemark et My Name is Nobody de France. En partenariat avec le YMCA-Centre français de Mandalay, une pré-ouverture du festival est organisée par l’IFB à Mandalay le 12 juin avec les groupes birmans Never fear the silence, Romantic, Innocent, Informal, Skunx et bien sûr My Name is Nobody.

Le mois de juin à Rangoun sera rock ou ne sera pas !

  • 12 juin 2015 à 18h à Mandalay
    Salle de spectacle du YMCA, entre la 26ème et la 75ème rue - Mandalay
  • 13 et 14 juin 2015 de 16h30 à minuit à Rangoun
    Institut français de Birmanie - 340, Pyay Road, Sanchaung Township - Rangoun
    A ne pas manquer dimanche 14 juin à 21h : concert de My Name Is Nobody

publié le 15/06/2015

haut de la page