Interview du Dr Thet Thet Khine, vice-présidente de l’association birmane des femmes entrepreneurs

Le Dr. Thet Thet Khine est une des femmes d’affaires les plus en vue en Birmanie. Diplômée de l’Institut de Médecine, titulaire d’un MBA des universités de Rangoun et de Nanyang, elle est directrice générale de Golden Palace Gold and Jewellery, Jewel Collection Manufacturing Co. Ltd, Forever Gems, et Victorious Gems. Secrétaire générale adjointe de l’UMFCCI (Fédération des Chambres de Commerce et d’Industrie de Birmanie), elle est également vice-présidente de l’Association des Femmes Entrepreneures de Birmanie. Elle est actuellement doctorante à l’Université Walden aux Etats-Unis.

A l’occasion du Women’s Forum, le Dr. Thet Thet Khine nous fait le plaisir de répondre à l’interview de France-Birmanie.

1- Comment abordez-vous la question des femmes et du leadership au regard de votre carrière ?

Je suis devenue une femme entrepreneure grâce à des compétences adaptées, à des connaissances obtenues dans le cadre d’un parcours éducatif « classique », à mes expériences passées et aux réseaux développés avec l’aide de ma famille, de ma belle-famille ainsi que de mon époux. De manière générale, j’ai eu la chance d’avoir les prérequis nécessaires pour devenir entrepreneure.

2 - Quel est le pourcentage de femmes parmi les entrepreneurs en Birmanie approximativement ?

Environ 2 à 5% en incluant les micro-entreprises.

3 - Qu’avez-vous pu remarquer au fil des années sur la manière dont travaillent les femmes, et quels éléments pourraient-elles améliorer pour faire avancer leur carrière ?

De plus en plus de femmes sont sur le marché du travail et il existe une tendance à la hausse quant à la participation des femmes aux niveaux professionnel, managérial et technique de l’entreprise. Les dirigeants d’entreprises valorisent de plus en plus la contribution des femmes au développement organisationnel et l’attitude des équipes dirigeantes envers les femmes est de plus en plus positive au fil du temps.

4- Avez-vous des remarques quant aux défis auxquels les femmes sont confrontées en Birmanie ?

L’accès au financement formel, à la formation technique et managériale est un défi au même titre que l’aide apportée par le gouvernement et les ONG aux femmes afin de dépasser les contraintes sociales et institutionnelles. La qualité du parcours éducatif et de la formation est à la baisse, et faire avancer sa carrière représente un défi pour les jeunes - femmes et hommes- du fait de la situation du marché du travail.

5- Il est coutume de s’interroger sur les différences entre une direction masculine ou féminine. Que pensez-vous de cela ? Comment répondez-vous à la question de savoir si une femme dirige différemment par rapport à un homme ?

Le style managérial d’une femme entrepreneure est souvent meilleur en termes d’organisation, de choix stratégiques, de style de prise de décisions, de partage du pouvoir, de politiques des ressources humaines, de responsabilisation mutuelle, de collaboration, de partage des informations, d’empathie et de capacité à favoriser un cadre de travail dynamique.

6- Comment avez-vous surmonté les obstacles liés à la discrimination à l’égard des femmes durant votre carrière ?

J’essaye toujours de surmonter les obstacles liés à la discrimination à l’égard des femmes en coopérant et en collaborant avec les hommes au sein du marché du travail ainsi qu’en m’appuyant sur ma force intérieure avec persévérance et détermination.

publié le 09/12/2013

haut de la page