L’édito de l’Ambassadeur

JPEG

Les conditions de sécurité sont globalement satisfaisantes en Birmanie pour les expatriés et les touristes. Toutefois, l’actualité des dernières années a montré que le pays n’était pas à l’abri de situations exceptionnelles susceptibles d’affecter gravement la sécurité de tous, à commencer par celle des Birmans eux-mêmes.

Bien que ponctuels, les risques naturels sont importants, qu’il s’agisse des aléas climatiques comme l’a illustré dramatiquement en 2008 le cyclone Nargis, ou des risques sismiques. Les risques sanitaires doivent également faire l’objet de la plus grande vigilance en raison de la réactivité encore insuffisante du système de santé birman qui manque cruellement d’infrastructures. Sur le plan politique, bien que la transition engagée depuis 2011 constitue un processus vertueux, nombre d’incertitudes demeurent comme l’illustre la permanence des tensions ethniques justifiant que le Ministère des Affaires Étrangères et du Développement International déconseille aux voyageurs de se rendre dans certaines zones frontalières. Les affrontements inter-communautaires survenus en 2013 et les mouvements sociaux récurrents doivent également être pris en compte pour apprécier la situation sécuritaire de la Birmanie, au même titre que les élections générales de novembre 2015, dont l’approche est susceptible d’accroitre les tensions.

La sécurité de la communauté française, en forte croissance, et des Français de passage, de plus en plus nombreux, constitue une priorité pour l’ambassade de France qui est également chargée de veiller à celle des ressortissants belges, espagnols, portugais, roumains, slovaques, et tchèques. Dans ce cadre, un plan de sécurité a été élaboré, et la dernière réunion du comité ad hoc réuni par l’ambassade a été l’occasion d’en souligner les fondamentaux.

On ne rappellera toutefois jamais assez que la sécurité est l’affaire de tous et que chacun doit se sentir concerné. Une crise, quelle qu’elle soit, ne peut jamais être totalement appréhendée avant qu’elle n’ait lieu. En revanche, s’y préparer permet potentiellement d’en réduire les effets. C’est pourquoi il est essentiel d’avoir certains réflexes.

Pour les résidents il est important de s’inscrire auprès du Consulat sur le registre des Français établis hors de France, de signaler tout changement d’adresse éventuel, et d’identifier son chef d’îlot. Ce n’est qu’à cette condition que l’ambassade connaîtra avec précision la composition et la localisation de la communauté française et sera en mesure de lui apporter une aide aussi efficace que possible dans des circonstances exceptionnelles.

Pour les voyageurs français se rendant en Birmanie, s’inscrire avant son départ sur le portail Ariane, créé par le Ministère des Affaires Étrangères et du Développement International, relève également de la sagesse.

Ces deux démarches ne sont pas obligatoires mais peuvent se révéler déterminantes. Les informations communiquées à cette occasion restent strictement confidentielles. Dans les deux cas, il est également souhaitable que chacun prenne le temps de s’informer aussi précisément que possible sur les conditions de sécurité du pays en consultant les conseils aux voyageurs figurant sur le site du Ministère et le guide de sécurité inclus dans la rubrique consulaire du site de l’Ambassade.

A l’approche de la saison des pluies, propice aux aléas climatiques, et dans un contexte socio-politique stable mais évolutif, j’invite chacun à la vigilance et à la responsabilité. Le dossier qui suit a été préparé pour rappeler l’importance des principes de précaution et de prévoyance. N’hésitez pas à contacter l’ambassade pour nous faire part de vos questions, remarques et suggestions.

Thierry MATHOU
Ambassadeur

publié le 05/04/2016

haut de la page