L’essor du tourisme en Birmanie

Parmi les secteurs économiques qui ont profité le plus vite et le plus massivement des changements que connaît la Birmanie, le tourisme et l’hôtellerie figurent en toute première place. L’afflux massif de visiteurs, touristes ou hommes d’affaires montre les limites de l’offre hôtelière. La croissance de 54 % du nombre de visiteurs à Rangoun entre 2011 et 2012 a conduit à une saturation des locations de chambres. Durant la saison d’hiver qui se termine et qui est la plus prisée par les touristes, il n’a pas été rare de constater l’impossibilité de trouver une chambre, en particulier à Rangoun, mais aussi autour du lac Inle et à Bagan.

Les établissements hôteliers en ont profité pour augmenter considérablement leurs prix. Une chambre qui coûtait 60 dollars en 2009 est désormais à 180, voire plus.

Pour 2013, les professionnels s’attendent à une nouvelle croissance de 30 %.

Les 787 hôtels détenteurs de licences possèdent 28 000 chambres dont 8 900 à Rangoun. Seulement 5 sont considérés comme 5*, et 18 comme 4*.

Le ministère de l’Hôtellerie et du Tourisme a décidé la création de 11 zones hôtelières et envisage d’en créer de nouvelles. Quelques-uns des bâtiments historiques du centre de Rangoun ont été proposés par le gouvernement aux investisseurs pour les transformer en hôtels. Si les grands hôtels de Rangoun ne sont pas encore gérés par de grandes chaînes internationales, ce ne sera bientôt plus le cas. Le groupe Accor par exemple gèrera plusieurs établissements à partir de 2014. Pour Rangoun, l’ouverture de nouveaux hôtels serait de 1 670 chambres en 2013, 1255 en 2014 et 2 455 en 2015.

Les investisseurs étrangers exploitent aujourd’hui 30 hôtels en Birmanie, avec 5 000 chambres. Les dispositions récemment publiées pour les investissements étrangers ouvrent l’hôtellerie à ces investissements si le niveau de l’hôtel est supérieur ou égal à 3*.

Le secteur du transport aérien a pu réagir plus vite que le secteur hôtelier. Les six compagnies domestiques ont pu accroître leur flotte qui est désormais de 10 airbus et de 20 ATR, plus quelques autres appareils. Plsueiurs compagnies internationales ont ouvert des lignes (Singapore Airlines, Qatar Airways, Korea Air, All Nippon Airways…) ou augmenté leurs fréquences (Thaï Airways, Bangkok Airways…). Les 81 000 sièges disponibles chaque semaine sur les vols internationaux (contre 49 000 il y a un an) enregistrent un taux d’occupation de 95,5 %.

Parmi les conséquences de l’afflux de visiteurs, il faut s’attendre à une promotion de Mandalay comme point d’entrée des touristes. Les capacités de l’aéroport, notamment en matière de maintenance, vont être renforcées, donnant un peu plus de temps aux projets d’aéroports de Rangoun de voir le jour.

550 000 visiteurs étrangers sont arrivés à Rangoun en 2012. Ce chiffre frôle le million de visiteurs si l’on compte la totalité des entrées sur le territoire notamment aux frontières. Bien que la Birmanie soit encore bien loin des 23 millions de visiteurs entrés l’année dernière en Thaïlande, elle connait un essor sans équivalent du tourisme qui est promis à un bel avenir.

publié le 01/04/2013

haut de la page