La Birmanie à l’honneur à la COP21 à Paris

  • Les enjeux de la COP21

La France va accueillir et présider la vingt-et-unième Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, aussi appelée « Paris 2015 » du 30 novembre au 11 décembre 2015. C’est une échéance cruciale, puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C.

L’événement rassemblera 195 États, y compris l’Union européenne, membre à part entière, en plus des 28 pays qui la composent. Des entreprises, syndicats, organisations gouvernementales ou non, scientifiques, et représentants de la société civile seront aussi conviés aux discussions.

Avec 40 000 participants attendus, il s’agit du plus grand événement diplomatique accueilli par la France et également de l’une des plus grandes conférences climatiques jamais organisées. La France va donc jouer un rôle de premier ordre sur le plan international, pour rapprocher les points de vue et faciliter la recherche d’un consensus des Nations unies.

  • Mobilisation birmane

Pour la Birmanie, les enjeux sont nombreux. Les questions environnementales suscitent un véritable intérêt dans le pays, au sein de la population comme auprès du gouvernement. Elles renvoient à des défis très concrets, dans un pays qui figure parmi les moins polluants du monde en termes d’émissions de gaz à effet de serre, mais qui est paradoxalement très vulnérable aux conséquences du réchauffement climatique avec des conséquences environnementales et sociales considérables (comme par exemple dans la région de l’Irrawaddy, véritable « grenier à grain » de la Birmanie).

L’Ambassade de France participe à la sensibilisation et la mobilisation de la société civile et du gouvernement birman sur les enjeux environnementaux afin que le pays dispose d’un message fort et cohérent dans le cadre des négociations à Paris. Pour ce faire, l’ambassade dispose d’un partenaire de choix avec l’ONG française Green Lotus, qui travaille à la promotion de solutions durables aux problèmes environnementaux en Birmanie depuis 2003.

Samedi 6 juin dernier a eu lieu un Débat Citoyen planétaire sur le climat et l’énergie (World Wide Views on Climate and Energy). Cet exercice de démocratie participative mondiale était inédit : 94 débats ont été organisés dans 75 pays associés à l’initiative. Dans chaque pays, une centaine de citoyens ont participé à une journée d’information et de délibération leur permettant de se former une opinion éclairée et de donner leur avis sur des sujets-clef des négociations climatiques à venir. Les rencontres ont débuté dans les îles du Pacifique et se sont conclues sur la côte Ouest des Amériques.

A Rangoun, le Débat était organisé par l’ONG Green Lotus et a rassemblé une centaine de citoyens birmans d’âges et d’horizon différents dans les jardins de l’Institut français. Des jeunes étudiants birmans aux membres d’associations environnementales, tous ont participé avec enthousiasme à cette initiative, conscient de sa dimension mondiale. Ils ont pu exprimer leur volonté de promouvoir une croissance et un développement industriel en Birmanie respectueux de l’environnement et évitant les erreurs de voisins du sud-est asiatique.

Débat sur le changement climatique à l'IFB - 6 juin 2015
Débat sur le changement climatique à l'IFB - 6 juin 2015
Débat sur le changement climatique à l'IFB - 6 juin 2015
Débat sur le changement climatique à l'IFB - 6 juin 2015
Débat sur le changement climatique à l'IFB - 6 juin 2015

Les résultats des échanges et des votes sont disponibles sur le site de l’opération et peuvent être consultés en cliquant ici

Les participants ont également pu admirer la très belle exposition « 60 solutions pour le climat » mise à disposition par l’Agence Française de Développement pour l’occasion. L’exposition, élaborée en partenariat avec Yann Arthus-Bertrand et la Fondation GoodPlanet, a été mise en valeur dans les jardins de l’Institut tout au long de la semaine précédant le débat et a attiré plusieurs centaines de visiteurs.

A la suite du débat, une dizaine de participants se sont portés volontaires pour se réunir de nouveau le 19 juin et élaborer une série de recommandations destinées au gouvernement birman pour l’élaboration de sa contribution nationale à la COP21. En effet, chaque pays doit publier, en amont des négociations, une contribution nationale présentant ses efforts nationaux. Cet exercice constitue une grande nouveauté des négociations climatiques internationales, et la France s’est engagée à aider certains pays en difficulté dans la préparation de leur contribution, afin que chacun puisse présenter, en fonction de sa situation, une contribution nationale participant à la lutte universelle contre le dérèglement du climat. C’est la raison pour laquelle cette ambassade, dont un des axes de mobilisation au cours des dernières années a été l’accompagnement de la société civile, a eu l’idée d’utiliser la journée de mobilisation du 6 juin pour inciter cette société civile à devenir le prescripteur de la contribution birmane à la COP21.

  • Participation de la société civile à la COP21

L’événement que constitue la COP21 ne se limite pas à la conférence elle-même. Il inclut également de multiples initiatives de la société dans le cadre d’événements parallèles. Avec le concours financier de l’Ambassade, l’ONG Green Lotus enverra une délégation de 6 membres actifs de la société civile pour y représenter la Birmanie. Ils pourront participeront aux évènements « off » de la conférence qui viendront compléter les engagements des États, pour porter un message d’opportunités économiques et sociales et ainsi contribuer à renforcer l’ambition de chacun.

publié le 15/06/2015

haut de la page