Le MJI, première école de journalisme indépendante de Birmanie - Un projet voulu et soutenu par la France

« Traiter les élections », la première formation thématique spécifique mise en place par le Myanmar Journalism Institute (M.J.I.) s’est achevée le vendredi 13 mars 2015. Les 16 journalistes participants se sont dits très satisfaits. Avec cette formation entièrement financée par Canal France International (C.F.I.), qui a duré 5 jours et a été organisée dans cinq villes (Mandalay, Myitkyina, Taunggyi, Bago, et Pathein), le M.J.I. a souhaité sortir de Rangoun et de Mandalay pour aller toucher les journalistes dans les régions reculées, prouvant par la même sa capacité à répondre aux besoins des médias de l’ensemble du pays, et à relever les enjeux démocratiques immédiats : couvrir de manière professionnelle le scrutin de l’hiver 2015 dont on espère qu’il sera l’occasion d’organiser les premières élections générales libres depuis 1990. Cette séquence a démontré, s’il en était besoin, la validité et la pertinence du projet de M.J.I. voulu et soutenu depuis l’origine par la France.

Accompagné au plus près par l’ambassade de France, le M.J.I. a pour objectif principal de « délivrer un enseignement du journalisme de qualité professionnelle - respect des règles d’éthique, de neutralité, de pluralisme, et de méthodologie de l’investigation - en créant un pôle d’excellence pour l’enseignement du journalisme ». Pour ce faire, un cursus de formation continue dispense depuis juillet 2014 une semaine de cours à mi-temps tous les mois à 29 journalistes en exercice : 14 à Rangoun, 15 à Mandalay. L’’école a été officiellement inaugurée le 14 juillet ! La promotion actuelle recevra son diplôme en juin 2015. La promotion suivante devrait commencer en août 2015, toujours sur un an et sur la base de 30 stagiaires.

Les sessions sont systématiquement assurées par un duo de formateurs – birman-étranger- secondé par un interprète anglais/birman dans le souci de renforcer les capacités et l’adaptation de tous les contenus au contexte et aux besoins locaux. Une plate-forme efficace de e-learning constitue également un apport majeur pour permettre un suivi et un apprentissage continus. Huit journalistes birmans sont actuellement en cours de formation de formateurs. Au terme de ce cursus, qui s’étend de janvier à juin 2015 à raison chaque mois d’une semaine de formation théorique pour trois semaines d’application pratique, quatre formateurs seront recrutés à plein-temps par le M.J.I., et quatre autres seront associes a l’école comme formateurs indépendants privilégiés. Le M.J.I. renforce ainsi son professionnalisme, rend sa formation parfaitement opérationnelle et participe à l’amélioration de la formation et des médias de manière plus générale.

Le M.J.I. se donne aussi les moyens de lancer en juillet 2015 sa première promotion de formation initiale. Ce cursus durera un an et sera ouvert à tous les jeunes birmans souhaitant devenir journaliste. Des bourses d’études financées par l’ambassade de France et attribuées sur des critères objectifs et sociaux (transport, origines, assiduité…) permettent d’assurer la diversité du recrutement, tant pour le genre que pour l’ethnicité. Dans sa finalisation, le programme de cette formation initiale bénéficie des résultats de la première étude de besoins conduite auprès des médias birmans de manière nationale, professionnelle et statistiquement correcte, grâce au soutien de C.F.I. notamment.

Depuis janvier 2015, le directeur exécutif par intérim, U Ko Myint Kyaw et son adjoint, le directeur des études U Ko Sein Win contribuent grandement à la dynamisation de l’école, qu’ils s’attachent à structurer et à professionnaliser. La stratégie de l’établissement, validée par son conseil d’administration, est claire. Son plan d’action et son planning de travail général pour 2015 sont en cours de finalisation. Les recrutements nécessaires sont en cours. Le M.J.I. dispose de locaux à Rangoun et recherche désormais d’autres locaux à Mandalay mais aussi à Rangoun, ces derniers pour accueillir son cursus à plein temps à partir de juillet prochain. Enfin, le dossier d’enregistrement de l’école comme entreprise à but non lucratif au regard de la loi birmane, a été accepté par le ministère du Commerce et suit désormais son cours administratif.

Sur le plan financier, la France, à travers un F.S.P. (Fond de Solidarité Prioritaire), contribue très efficacement au projet. Des fonds propres de C.F.I. sont également susceptibles d’être mobilisés. Les partenaires européens impliqués dans le projet– DWA, IMS, FoJo – ont aussi alloué des budgets pour 2015. Tous promettent de poursuivre leurs efforts en 2016. En outre, l’ensemble des partenaires soutiennent une demande de fonds européens qui, si elle aboutit, permettrait d’assurer la pérennité du M.J.I. pour les quatre ans à venir, le temps pour l’école d’atteindre la viabilité à travers un budget équilibré. Après une période de rodage, le M.J.I. est désormais opérationnel et entre dans une phase de développement prometteuse. Elle a un rôle clé à jouer dans la promotion de la liberté des média et plus largement de la liberté d’expression qui dans le cas des journalistes est une combinaison de droits et de devoirs découlant des nécessaires règles d’éthique.

JPEG - 20.9 ko
Lancement du programme de bourses pour les étudiants du MJI en présence de la secrétaire d’Etat chargée du développement et de la francophonie, Madame Annick Girardin 4 décembre 2014
JPEG - 24.8 ko
Rencontre entre la secrétaire d’Etat et des élèves du MJI 4 décembre 2014

publié le 07/04/2016

haut de la page