Les relations économiques et commerciales

• Jusqu’au printemps 2013, les relations économiques et commerciales entre la France et la Birmanie s’inscrivaient dans le cadre des mesures restrictives définie par le Conseil de l’Union Européenne.

• Réuni à Luxembourg le 22 avril 2013, le Conseil des Affaires étrangères a décidé la levée de toutes les mesures restrictives à l’égard de la Birmanie, à l’exception de l’embargo sur les armes.
Décision du 3236ème Conseil des Affaires étrangères. L’Union Européenne a également rétabli le bénéfice de son Système de Préférences Généralisées (SPG) au bénéfice de la Birmanie.

• Ces décision ont permis d’ouvrir de nouvelles perspectives aux relations économiques et commerciales entre la France et la Birmanie.

• Les échanges commerciaux entre les deux pays restent toutefois encore limités. De 1986 à 2011, les exportations françaises vers la Birmanie ont été en moyenne de 18 M EUR (de 4 à 41 M EUR au gré de livraisons ponctuelles d’équipements, aéronautiques notamment). En 2012, les exportations françaises ont atteint 19,3 M EUR et nos importations 6,1 M EUR. Pour les 8 premiers mois de 2013, nos exportations ont atteint 45,7 M EUR soit un triplement par rapport à la même période de 2012. Elles se composent d’équipements aéronautiques, de produits pharmaceutiques et d’équipements industriels.

Après avoir atteint un pic de 88 M EUR en 2002, les importations françaises étaient revenues à des montants très faibles au cours des dernières années, 3 à 4 M EUR, la perte du bénéfice du Système des Préférences Généralisées (SPG) et la fin de l’Accord Multifibres expliquant cette forte chute. Pour les 8 premiers mois de 2013, elles atteignent 25,3 M EUR, multipliées par 6 par rapports à la même période de 2012. Nos importations de produits de la joaillerie expliquent cette croissance. Ces produits ont repris un chemin direct après la fin des sanctions économiques.

• En termes de part de marché les statistiques birmanes positionnent la France au 11ème rang des fournisseurs de la Birmanie avec 0,7 % du montant des importations (9 Md USD). La France est notamment confrontée à la concurrence des pays asiatiques : Chine (30,8%), Singapour (27,8%), Inde (10,2%), Thaïlande (7,6%) même si une part importante des produits importés de Singapour sont d’une autre origine, y compris française, en particulier pour l’agroalimentaire (vins et spiritueux).

Total est la principale implantation française en Birmanie. Le groupe français permet à la Birmanie d’exporter d’importantes quantités de gaz naturel vers la Thaïlande. Total vient d’effectuer un nouvel investissement dans le secteur gazier birman avec des partenaires thaïlandais. Un grand nombre de sociétés françaises souhaitent s’implanter en Birmanie et prospectent activement un marché encore difficile mais très prometteur. Plusieurs d’entre elles y ont ouverts des représentations ou sont sur le point de le faire.

• La communauté d’affaires française de Birmanie est organisée dans le cadre de l’Association France-Myanmar des Affaires (AFMA), en cours de transformation en Chambre de commerce. Une section des Conseillers du Commerce Extérieurs est en voie de constitution. Pour plus d’informations contacter le service économique et le bureau d’Ubifrance.

publié le 18/10/2013

haut de la page