Vers un premier accord de coopération décentralisée entre la France et la Birmanie

L’ambassade de France se félicite de la première initiative structurée de coopération décentralisée en Birmanie dans le secteur Eau et Assainissement. Le syndicat départemental d’Adduction d’Eau Potable et d’Assainissement de Lot-et-Garonne, Eau 47, assisté de l’agence Coop’Eau Conseil, souhaite en effet mettre son expertise et son savoir-faire en matière de gestion de l’eau au service d’une collectivité partenaire birmane.

L’Ambassade accompagne la mise en œuvre de ce partenariat durable entre deux territoires correspondant pleinement aux objectifs et aux valeurs que la France s’est fixée en matière de coopération internationale.

Sur les recommandations de l’Ambassade et des ONG françaises présentes sur le terrain, le Syndicat Eau 47 a porté son attention sur quatre sites potentiels pour la mise en oeuvre du projet de développement en eau et assainissement, Mandalay et Moniwa dans la Dry Zone, Matupi dans l’Etat Chin et Dala dans la banlieue sud de Rangoun.

Du 20 au 27 Octobre 2014, une délégation du Syndicat départemental a effectué sa première « mission exploratoire » dans le pays afin de visiter les trois sites. Ces visites sont l’occasion de rencontrer les autorités locales et partenaires potentiels du programme afin de déterminer le territoire dont les besoins d’appui institutionnel, technique et financier en matière d’eau et assainissement sont les plus pertinents. Le Syndicat était accompagné par l’Ambassade et les ONG déjà implantées sur les sites sélectionnés dont le GRET, Triangle Génération Humanitaire et Première Urgence-Aide Médicale Internationale.

JPEG
La délégation française composée des membres du Syndicat Eau 47, de Coop’Eau Conseil et de l’Agence de l’Eau Adour-Garonne

Le Syndicat s’attachera à établir un choix de partenariat en fonction des caractéristiques des sites et des conditions d’intervention à échéance du 15 novembre 2014 et les démarches d’officialisation seront lancées avec l’appui de l’Ambassade auprès du Ministre Régional concerné. Par la suite, le Syndicat Eau 47 signera une convention de coopération décentralisée avec la collectivité locale partenaire agissant en tant que co-maître d’ouvrage et co-maître d’œuvre, cela avec l’aval préalable du Ministère Régional concerné. Une convention de financement avec l’ONG partenaire, agissant en qualité d’assistant à maîtrise d’ouvrage de la collectivité birmane, sera alors également élaborée. Les études préalables et le montage du projet seront donc lancés courant 2015 et le projet démarrera au niveau opérationnel en 2016 pour une durée de 3 ans (2016, 2017, 2018).

Sur la base du budget a minima défini pour l’intervention (qui devrait s’intégrer dans une fourchette de 50 000 Euros à 150 000 Euros par an), un cofinancement de 30 % sera sollicité auprès de la Délégation à l’Action Extérieure des Collectivités Territoriales du Ministère Français des Affaires Etrangères et du Développement International dans le cadre de l’appel triennal 2016. Des cofinancements complémentaires seront également envisageables, notamment auprès de l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, ainsi que d’éventuels bailleurs sollicités par l’ONG partenaire, à la seule condition que le Syndicat Eau 47 conserve la maîtrise d’ouvrage globale du projet.

Si ce programme ambitieux est le premier partenariat de coopération décentralisée développé dans le pays depuis 2008 et le cyclone Nargis, l’Ambassade de France a à cœur de multiplier ces expériences innovantes de coopération. Par ailleurs ce projet vient s’ajouter à un grand nombre de programmes de coopération bilatérale que la France soutient sur le long terme dans le secteur de l’eau et assainissement, démontrant ainsi l’attention particulière accordée par la France à ce secteur. A Rangoun, la France finance la réalisation d’une étude préliminaire sur le secteur de l’eau conduite par la compagnie française EGIS Eau. A Mandalay, le bureau d’études SAFEGE, également financé sur fonds publics, travaille au développement et à l’optimisation des infrastructures du secteur de l’eau et du traitement des déchets. L’Agence Française de Développement, pour qui la filière a été identifiée comme secteur prioritaire d’intervention, a contribué également à hauteur de 2,3 millions d’Euros à l’amélioration des systèmes d’alimentation en eau dans la deuxième plus grande ville du pays. Un plan d’action globale ciblant la « filière eau » est en préparation pour amener l’ensemble des acteurs publics et privés du secteur à mobiliser leurs savoir-faire, leurs technologies, leurs produits, et leurs financements au profit d’un secteur où les besoins sont considérables en Birmanie et l’offre française particulièrement adaptée.

Rencontre avec les porteurs du projet

Geneviève LE LANNIC, Présidente de Eau 47

Comment un syndicat des Eaux du Lot et Garonne peut-il être utile au développement de la Birmanie ?

« Ce projet de coopération est un réel échange entre collectivités. Il nous permet de développer une nouvelle vision sur la problématique de l’eau potable pour Eau 47 et nous pouvons apporter une technicité et une gestion administrative au territoire birman. »

Gérard PENIDON, Directeur de Eau 47

Quelle est votre vision du partenariat qui pourrait voir le jour avec les autorités birmanes compétentes en matière d’Eau et assainissement ?

« Je partage tout à fait cette appréciation. Ce programme est un réel échange de savoir-faire ; Eau 47 apporte son expertise technique et organisationnelle. La collectivité birmane apporte ses valeurs et son regard en matière d’eau. Une relation humaine, fraternelle, un regard sur l’autre, sa culture et ses traditions. L’amitié par le savoir. »

Eric GUIMON, Agence Eau Adour-Garonne

Pouvez-vous nous dire quelles sont les compétences de votre agence en France et ce que vous pouvez apporter en Birmanie ?

« Le rôle des agences de l’Eau est de préserver et de gérer la ressource en eau à l’échelle des grands bassins hydrographiques français. Dans le cadre de la loi Oudin / Santini qui ouvre la possibilité d’utiliser 1% des revenus pour des actions de solidarité internationale, l’Agence établit des partenariats institutionnelles avec des collectivités étrangères mais accompagne également les collectivités françaises dans leurs volontés d’échanges coopératifs afin notamment de diffuser le modèle français de la gestion de l’eau. »
(Pour en savoir plus, site web de l’Agence Eau Adour-Garonne : http://www.eau-adour-garonne.fr/fr/index.html)

Caroline RUNDSTADLER, Coop’Eau Conseil (Organisation assistant à maîtrise d’ouvrage du Syndicat Eau 47)

Nous comprenons que votre appui a été central pour l’organisation de cette mission. Comment qualifieriez-vous votre positionnement ?

« Notre rôle auprès du Syndicat Eau 47 est multiple. Nous avons vocation à accompagner les collectivités tout au long du processus, nous jouons le rôle de d’interface avec l’ensemble des parties prenantes. Nous mettons de l’huile dans les rouages afin d’éviter toute situation de blocage. Je pense que la notion d’interculturalité est primordiale dans ces projets de coopération internationale. »
(Pour en savoir plus, site web de Coop’Eau Conseil : http://www.coopeauconseil.fr/)

publié le 14/11/2014

haut de la page