Vivre ensemble en transition : conférence organisée par l’Ambassade de France et l’Institut français

Presque un mois après la tenue d’élections historiques, près de 200 participants ont assisté à une grande conférence sur le thème de la transition, organisée conjointement par l’Ambassade de France et l’Institut Français de Birmanie, le 2 décembre. Environ 35 intervenants issus du monde de la recherche et de la société civile locale s’y sont exprimés.

La matinée, ouverte par un discours de l’Ambassadeur de France, a été consacrée aux différentes dimensions de la transition en cours : rôle des médias, rôle du parlement, rythme de l’urbanisation, accès à la propriété foncière, transfert de savoir-faire de la diaspora et la problématique tradition / modernité, autant de domaines qui connaissent d’importants bouleversements depuis quatre ans. Chacun de ces thèmes a été nourri par des ateliers préparatoires organisés à l’Institut français de Birmanie courant novembre.

L’après-midi, des expériences pratiques sont venues à l’appui des échanges théoriques, avec une présentation de sept projets portés par des organisations de la société civile birmane financés par la France dans le cadre d’un programme de soutien consacré aux élections. De l’éducation au vote à l’observation électorale, en passant par le renforcement des médias, ces projets ont eu d’importants impacts sur la société birmane face au défi de l’exercice démocratique, et ont en outre révélé une nouvelle génération de leaders en son sein.

La journée s’est conclu sur une table ronde portant sur l’analyse de la transition en cours, rassemblant des spécialistes français (Renaud Egreteau, chercheur au Woodrow Wilson International Center for Scholars et Carine Jacquet, conseillère technique senior à International IDEA) et des acteurs birmans de cette transition (U Kyaw Zaw Moe, rédacteur-en-chef de l’Irrawaddy Magazine, et U Moe Thway, secrétaire général du National Youth Congress).

À travers ces échanges entre intervenants, mais aussi les questions posées par le public ou encore les moments informels en marge des tables rondes, les participants, issus de la recherche, des médias et de la société civile, ont pu nouer des liens, s’enrichir mutuellement et entamer collectivement un travail d’analyse nécessaire dans un pays en profonde mutation.

Un compte rendu synthétique des échanges sera publié dans le courant du mois de janvier 2016.

publié le 14/12/2015

haut de la page